10.8 C
Luxembourg

Entrez dans le Sumoverse

Les œuvres de Sumo ont une certaine façon de susciter la joie, et sa dernière exposition, Enter the Sumoverse, qui se tient jusqu'au 31 mai, ne fait pas exception à la règle.

Dans sa dernière exposition à la Galerie Indépendance de la Banque Internationale à Luxembourg, l’artiste Christian “Sumo” Pearson fait passer son art au niveau supérieur, qualifiant cette expérience d’aperçu du “début de mon futur travail”.

Les œuvres de Sumo ont une certaine façon de susciter la joie, et sa dernière exposition, Enter the Sumoverse, qui se tient jusqu’au 31 mai, ne fait pas exception à la règle.

Les visages emblématiques de Sumo, Crazy Baldhead, font leur apparition dans la collection, tout comme des bribes de paroles de chansons, des dictons inspirants, des bulles et des formes à l’impact vibrant et énergique. Le concept a été lancé il y a 11 ans et se concentre sur le temps et l’espace. Le catalogue de l’exposition comprend une paire de lunettes polarisantes qui permet aux visiteurs de découvrir les œuvres, y compris celles du catalogue, en 3D. L’effet fait passer les œuvres à un autre niveau, et c’est là que la superposition des couches de Sumo devient beaucoup plus évidente. Il compare ces couches à des moments dans le temps, le passé se trouvant dans les couches les plus profondes et le présent au premier plan.

« L’argent est un sous-produit de la réalisation de quelque chose de concret. »

Sumo qualifie l’exposition, qui comprend sa première installation vidéo numérique, de « début de mon futur travail », ajoutant : « Je pense que l’avenir est numérique et je veux créer des œuvres d’art où les gens peuvent s’immerger dans mon univers et vivre une expérience complètement différente, bien plus que de regarder une peinture en 2D. » À terme, il envisage même d’expérimenter la réalité virtuelle ou augmentée.

Plusieurs diptyques font également partie de la collection, qui peuvent tous être réarrangés puisque chacun d’entre eux est peint de manière à ce que les quatre côtés des deux tableaux puissent être reliés tout en apparaissant comme une seule œuvre continue. Sumo espère que les visiteurs quitteront l’exposition avec le sentiment « d’écouter une chanson pop des années 80, dont l’écoute fait que l’on se sent bien et plein d’énergie ». La musique ayant une telle influence sur Sumo lui-même, il a également inclus dans le catalogue de l’exposition un code QR permettant d’accéder à une playlist de plus de 50 heures intitulée Sumoverse. Ses goûts éclectiques vont du funk à l’électronique, du punk au métal, du hip-hop au jazz. « Tant que c’est authentique, j’aime ça », dit-il.

Christian « Sumo » Pearson (Photo © Christian Wilmes / Forbes Luxembourg)

Sumo a déjà connu beaucoup de succès, ses collaborations avec des marques telles que Porsche et Luxair ayant propagé son art sur des voitures et des avions, ainsi que sur des produits dérivés. Son conseil aux jeunes artistes : « Je pense que le meilleur moyen est de le faire pour l’art, pour l’amour de ce que vous faites, pour la passion et non pour l’argent. L’argent est un sous-produit de la réalisation de quelque chose de concret ».

Et il ne montre aucun signe de ralentissement : au moment de la rédaction de cet article, il était en pourparlers pour un projet à impact social qui verrait ses créations devenir à nouveau des objets en 3D, cette fois-ci sous la forme de chocolats. Il semble que le Sumoverse ne cesse de s’étendre…


Cet article est paru dans la première édition du magazine Forbes Luxembourg. Vous souhaitez en recevoir un exemplaire? C’est par ici!

Natalie A. Gerhardstein
Natalie A. Gerhardstein
Natalie A. Gerhardstein est une journaliste et rédactrice indépendante qui possède 20 ans d'expérience dans les médias internationaux, l'édition et la communication stratégique d'entreprise. Ses écrits sur les affaires et le développement international, les voyages et la culture ont été publiés dans diverses publications, au Luxembourg et à l'étranger, notamment dans des magazines de bord, des magazines d'affaires, de finance et de culture/lifestyle, ainsi que dans des magazines de voyage. Ayant la double nationalité américaine et allemande, Natalie est titulaire d'un MBA et parle l'anglais, le français, l'allemand et le luxembourgeois à des degrés divers, et apprend des rudiments de coréen et de japonais. Elle adore voyager, surtout en Asie.

A la une