5.2 C
Luxembourg

Le saké à la conquête du Luxembourg

Sense of Japan travaille directement avec cinq producteurs de saké - Zaku Kaizan, Hassen, Katsuyama, Toyo Bijin et Senkin - et Harumi Hayashi travaille en étroite collaboration avec plusieurs restaurants.

Alors que le Japon attend les délibérations de cette année sur sa demande d’inscription du saké au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, des résidents luxembourgeois comme Harumi Hayashi, fondatrice de Sense of Japan, sont désireux de partager ce produit traditionnel avec les habitants de la région.

L’art japonais de la fabrication du saké, ou vin de riz traditionnel, remonte à des millénaires, les temples bouddhistes et les sanctuaires shintoïstes ayant commencé à brasser leur propre saké au 10e siècle. Les tonneaux ornés d’antan ornent toujours l’entrée de certains temples japonais, mais ce n’est qu’en 2022 que le Japon a déposé une demande d’inscription des techniques de brassage du saké sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, les délibérations devant avoir lieu cette année.

Lors d’une récente dégustation de saké et de sushi organisée par l’ambassade du Japon au Luxembourg, Harumi Hayashi, fondatrice de Sense of Japan, a servi aux visiteurs des verres de saké et leur a fourni de brèves explications sur chacun d’entre eux.

« Le saké s’adapte bien à la cuisine européenne et la qualité s’est beaucoup améliorée au cours des 10 à 15 dernières années. »

Harumi Hayashi avait initialement prévu de créer une agence de voyage lorsqu’elle a lancé Sense of Japan en 2017 mais, à peine six mois plus tard, après que des clients soient revenus du Japon et se soient extasiés sur le saké, elle a décidé de commencer à en importer elle-même. À l’époque, dit-elle, « il était difficile de trouver du saké de bonne qualité. Le choix était limité. »

Au début, l’importation de la boisson « était très difficile. Les droits de douane étaient élevés.” Elle a découvert que Cargolux desservait Komatsu, dans la préfecture d’Ishikawa, et affirme qu’elle utilise cette route depuis lors. Aujourd’hui, Sense of Japan travaille directement avec cinq producteurs de saké – Zaku Kaizan, Hassen, Katsuyama, Toyo Bijin et Senkin – et Harumi Hayashi travaille en étroite collaboration avec plusieurs restaurants, dont le Ryôdô, étoilé au guide Michelin. Mais elle aime particulièrement proposer des dégustations à des personnes qui n’ont jamais goûté à cette boisson, expliquant que le saké « s’adapte bien à la cuisine européenne…” et que “la qualité s’est beaucoup améliorée au cours des 10 à 15 dernières années ».

Plusieurs facteurs contribuent à la qualité du saké, de l’eau au climat particulier de la région où le riz est cultivé. Le choix du mode de fermentation joue également un rôle important, et le processus de polissage, c’est-à-dire l’élimination des couches extérieures du grain, a une incidence sur le goût. En général, plus les grains de riz sont polis, plus le goût du produit final est léger ou délicat.

Bien que le saké soit une boisson plus rare au Luxembourg, l’ambassadeur du Japon au Luxembourg, Tadahiro Matsubara, explique que « la culture japonaise est étroitement liée au saké, par exemple dans les festivals et événements saisonniers tels que le Nouvel An (Oshōgatsu) et la visualisation des fleurs de cerisier (Ohanami), qui sont tous deux célébrés avec du saké ».

Comme la fondatrice de Sense of Japan, il espère que les Luxembourgeois apprécieront également le saké dans ses différentes variétés, parallèlement au large éventail de cuisines du Luxembourg, en ajoutant : « Tout au long de l’histoire, les brasseurs de saké ont perfectionné leur savoir-faire et l’ont transmis de génération en génération. Ces efforts continus ont donné naissance à la culture japonaise contemporaine du saké, qui se caractérise par sa grande qualité et sa riche variété. Le Japon est très fier de sa tradition de fabrication du saké ».

Natalie A. Gerhardstein
Natalie A. Gerhardstein
Natalie A. Gerhardstein est une journaliste et rédactrice indépendante qui possède 20 ans d'expérience dans les médias internationaux, l'édition et la communication stratégique d'entreprise. Ses écrits sur les affaires et le développement international, les voyages et la culture ont été publiés dans diverses publications, au Luxembourg et à l'étranger, notamment dans des magazines de bord, des magazines d'affaires, de finance et de culture/lifestyle, ainsi que dans des magazines de voyage. Ayant la double nationalité américaine et allemande, Natalie est titulaire d'un MBA et parle l'anglais, le français, l'allemand et le luxembourgeois à des degrés divers, et apprend des rudiments de coréen et de japonais. Elle adore voyager, surtout en Asie.

A la une