-1.5 C
Luxembourg

10 questions à Nancy Delhalle, cofondatrice de Serviceplan Group Belux

Aujourd’hui, Nancy se concentre sur le renforcement de la réputation de l’agence, la gestion du HeadShare pour attirer les talents, sans compter l’intégration de programmes sur la diversité, l’inclusion et le recrutement.

Elle fait partie des femmes leaders dans un domaine dynamique, en constante évolution et majoritairement masculin. Co-fondatrice et Chief Operations Officer, Nancy Delhalle a un rôle central dans le développement de Serviceplan Group Belux, le plus grand réseau d’agences indépendantes en Europe, actif dans l’industrie de la publicité, de la communication et des médias. Nous lui avons posé 10 questions sur son parcours, ses valeurs et les secrets de la réussite. Portrait d’une femme vertigineuse occupant un poste à hautes responsabilités.

Nancy Delhalle a débuté sa carrière chez Ethias puis chez Grey comme account director pour Procter & Gamble Western Europe. Elle s’est ensuite tournée vers l’entrepreneuriat, inspirée par son mari, Peter Vande Graveele. En 2009, ils ont fondé leur agence. L’objectif ? Intégrer un groupe international pour diversifier et digitaliser leurs activités. Leur première collaboration avec Serviceplan Group en Belgique a conduit à la co-fondation de Serviceplan Group Belux, avec des bureaux à Bruxelles et Amsterdam.

« Je suis particulièrement préoccupée par le risque que les femmes soient laissées pour compte dans les domaines de la technologie et des données dans la publicité et le marketing. »

Le groupe englobe des marques d’agences telles que Serviceplan, Mediaplus et Plan.Net, opère dans 17 marchés mondiaux et a déclaré un chiffre d’affaires de 739 millions d’euros pour l’exercice 2022/2023. Une augmentation de 19 % par rapport à l’année précédente, selon Digimedia. Aujourd’hui, Nancy se concentre sur le renforcement de la réputation de l’agence, la gestion du HeadShare pour attirer les talents, sans compter l’intégration de programmes sur la diversité, l’inclusion et le recrutement. Des valeurs qui lui tiennent à cœur.

Concernant la place des femmes, elle dit : « Je suis particulièrement préoccupée par le risque que les femmes soient laissées pour compte dans les domaines de la technologie et des données dans la publicité et le marketing. Nous ne pouvons pas rater le train déjà en marche ! »



1. Quels ont été les principaux défis auxquels vous avez été confrontée en tant que femme dans le secteur de la publicité et du marketing ?

Nancy : Mes principaux défis ont résidé dans la nécessité de continuer à m’affirmer en tant que femme occupant un poste de direction. Toujours en tant que femme, dans le secteur marcom, où nous sommes majoritaires, je n’ai personnellement jamais rencontré le « plafond de verre ». Mais je reconnais que nous sommes peu présentes aux postes de direction, que ce soit dans les secteurs créatifs ou stratégiques. Cette inégalité persiste aussi dans la technologie et l’entrepreneuriat. Mes défis en tant que femme dirigeante ont été accentués par d’autres aspects de ma personnalité : être wallonne dans une économie dominée par les Flamands, introvertie et dyslexique. Néanmoins, j’ai toujours vu cette diversité comme une force, tant pour moi que pour mon équipe.

2. En tant que Chief Operations Officer, quelle est votre philosophie de leadership et comment l’appliquez-vous au quotidien?

Nancy : Depuis longtemps, je suis inspirée par les entreprises libérées et la lecture de « Reinventing Organizations » de Frédéric Laloux a été un véritable déclic pour moi. Je pratique aussi l’ »Holacracy ». Je pense qu’un bon leader doit inspirer et motiver son équipe, créer une vision engageante de l’avenir, encourager l’innovation et le développement personnel. Je m’assure que tous les membres de notre agence se sentent valorisés et inclus, promouvant ainsi la diversité et l’équité. Je reste fidèle à mes valeurs de transparence et d’honnêteté, et je me forme continuellement pour rester à jour avec les évolutions de notre secteur, en lisant beaucoup et en suivant régulièrement des formations avancées.

« Ma carrière d’entrepreneure a connu des hauts et des bas. En 2017, après avoir perdu des clients clés et vécu des défis avec certains collaborateurs, j’ai dû réévaluer ma satisfaction professionnelle. »

3. Comment gérez-vous l’équilibre entre innovation, opérations et gestion d’équipe dans un environnement aussi dynamique que le marketing et
la publicité ? 

Nancy : Chez Serviceplan, notre succès repose sur l’innovation, une gestion efficace des opérations, et une forte gestion d’équipe. Nous encourageons aussi vivement la créativité et l’innovation. Opérationnellement, nous restons agiles et efficaces, utilisant des outils de gestion de projet avancés. En termes de gestion d’équipe, nous misons sur le talent, l’inclusion, et la communication ouverte, offrant des opportunités de développement et la possibilité de devenir actionnaire, ce qui renforce l’engagement de nos collaborateurs.

4. Comment Serviceplan Group Belux aborde-t-il les questions de diversité et d’inclusion, en particulier en ce qui concerne les femmes en position de
leadership ? 

Nancy : Depuis trois ans, nous faisons appel à des consultants externes pour mieux comprendre et gérer ces sujets complexes. Nous avons commencé avec Yin United pour évaluer notre agence, puis nous avons mené un exercice de leadership management sur une année. Actuellement, nous travaillons avec Actiris pour la mise en œuvre pratique de nos plans. Je suis fière de la diversité culturelle à Bruxelles, qui se reflète dans notre agence avec 18 nationalités différentes. Notre objectif est d’intégrer pleinement l’équité et l’inclusivité dans notre culture d’entreprise.

5. Quelles mesures spécifiques avez-vous mises en place pour promouvoir l’égalité des sexes au sein de votre organisation ?

Nancy : Je l’ai instaurée… En effet, de manière un peu provocatrice, je m’oppose à l’écriture inclusive, je ne vois pas ce qu’elle apporte, c’est mon opinion, mais je suis en faveur des quotas. Dans le cas contraire, les tendances naturelles ne connaissent pas d’évolution positive. Même pour les profils les plus techniques, nous menons activement des recherches pour recruter des femmes. Une fois que la parité est établie (ceci s’applique également à la diversité), elle évolue naturellement, mais nous demeurons vigilants à cet égard.

6. Quel a été le moment le plus difficile de votre carrière et comment l’avez-vous
surmonté ?

Nancy : Ma carrière d’entrepreneure a connu des hauts et des bas. En 2017, après avoir perdu des clients clés et vécu des défis avec certains collaborateurs, j’ai dû réévaluer ma satisfaction professionnelle. J’ai alors décidé de me recentrer sur ce qui me passionne : la réflexion stratégique. Bien que surprenante pour le groupe, ma décision de quitter le poste de co-CEO pour devenir d’abord CMO, puis COO, a été acceptée. Aujourd’hui, je m’épanouis dans le marketing, la gestion d’équipe et des opérations. Les titres ne m’intéressent pas ; ce qui compte pour moi, c’est la diversité et l’impact de mon rôle actuel de COO.

« La progression de carrière dépend de l’évolution de l’intelligence intellectuelle (IQ) à l’intelligence émotionnelle (EQ), puis à l’intelligence du réseau (NQ). »

7. Pouvez-vous partager une réalisation dont vous êtes particulièrement fière au sein de Serviceplan Group Belux ?

Nancy : Dans notre secteur centré sur les relations humaines, la manière dont nous traitons collaborateurs et clients est cruciale pour la pérennité de notre agence. En décembre 2023, nous avons été honorés, pour la deuxième fois, du label « Great Place to Work ». Nos résultats ont particulièrement progressé en matière de diversité et d’inclusion depuis décembre 2022. Cette reconnaissance, validée par nos collègues, me remplit de fierté. Créer une culture d’entreprise où chacun se sent bien et valorisé, surtout dans la publicité, est un véritable défi que nous relevons avec succès.

8. Comment voyez-vous l’évolution du rôle des femmes dans le secteur de la publicité et du marketing en Belgique au cours des prochaines années ?

Nancy : Il est réjouissant de voir que la stéréotypisation des femmes dans la publicité diminue. Je crois que les marques, par leur capacité à innover et à s’adapter, ont un rôle crucial à jouer, peut-être plus que les gouvernements. Pour accéder à des postes de direction, il est essentiel que les femmes s’orientent vers les bonnes filières éducatives et s’intéressent à des domaines tels que la technologie et le marketing. Rater cette évolution serait préjudiciable dans notre secteur. Il est donc crucial de souligner, notamment dans les écoles, l’importance de ces matières, qui ne sont pas exclusivement masculines !

9. En tant que leader, comment vous assurez-vous que votre équipe reste alignée sur ces objectifs tout en favorisant la créativité et l’innovation ?

Nancy : Je communique régulièrement et clairement nos buts, en expliquant à chaque membre comment il peut y contribuer. Il est crucial de maintenir une culture d’entreprise qui valorise les idées nouvelles et encourage l’innovation, et notre groupe soutient fortement cet effort en reconnaissant les contributions dans ce sens.

10. Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui aspirent à des rôles de leadership dans des secteurs traditionnellement dominés par les hommes ?

Nancy : Mon premier conseil est de rester authentique, car il n’est jamais bénéfique de jouer un rôle. Il est aussi crucial de développer son réseau professionnel, car bien que les femmes aient les mêmes capacités que les hommes, un réseau étendu est essentiel pour accéder à des postes de direction. Les études montrent que les femmes ont souvent un réseau moins étendu. La progression de carrière dépend de l’évolution de l’intelligence intellectuelle (IQ) à l’intelligence émotionnelle (EQ), puis à l’intelligence du réseau (NQ). J’ai notamment contribué à cette dynamique en créant un groupe au sein de BAM, le FAM (Female Association of Marketing), pour aider les femmes à se soutenir mutuellement et à étendre leurs réseaux, brisant ainsi le « plafond de verre », quel que soit notre poste ou notre génération.

A la une