4.6 C
Luxembourg

La révolution robotique des pierres précieuses est en marche

Une machine permettrait à un technicien d'un laboratoire parisien d'évaluer une pierre précieuse à distance. Cela peut aller jusqu'au Sri Lanka, par exemple, où de nombreuses pierres précieuses sont extraites.

Le laboratoire gemmologique Bellerophon Gemlab fait le pari de la technologie grâce à un robot développé en collaboration avec l’ingénieur basé au Luxembourg, Bradley Elsubry.

Un bras robotisé, mis au point dans un délai exceptionnellement court de 5 mois, évalue désormais les pierres précieuses en interne, dans les bureaux de la société à Paris. Il en traite 7 000 par jour, tandis que les opérations de Bellerophon à Bankgkok en traitent 22 000 par mois, soit environ 1 100 par jour.

Avant que tout cela ne soit possible, le fondateur Martial Curti a démarré l’entreprise, selon ses propres termes, par l’effort plutôt que par le financement. Il avait besoin de cinq machines et a conclu des accords avec plusieurs marchands pour qu’ils prennent les leurs, leur offrant en échange des tests gratuits et l’accès à toutes les machines dont il disposait.

Curti a également pu les acheter après avoir réalisé suffisamment de bénéfices. Les services prépayés constituaient l’autre pilier des débuts de l’entreprise. Les clients pouvaient payer à l’avance des services d’une valeur de 100 000 dollars pour une année et bénéficier d’une réduction de 50 %.

« Nous avons pu mettre un laboratoire entier sur un ordinateur de bureau. »

Être vu et être connu

Bellerophon s’est internationalisé avant de s’installer au Luxembourg. Le secteur des pierres précieuses est, par nature, un secteur mondial et la Thaïlande était un choix facile pour établir le siège de l’entreprise. Selon M. Curti, environ 90 % des pierres précieuses passent par ce pays asiatique pour être taillées et polies.

L’autre bureau de l’entreprise, en France, est en revanche beaucoup plus impressionnant. Situé au 16 de la place Vendôme, le laboratoire de pierres précieuses se trouve à deux pas de maisons telles que Chanel et Chaumet. Le fait d’être aussi proche de ses clients et de se trouver dans un lieu habituellement réservé aux salons de la bijouterie haut de gamme a été un choix délibéré.

« Nos clients nous font venir du bas de la rue. Il faut toujours des gardes armés et des voitures blindées, mais ils n’ont qu’à faire 20 mètres au lieu de deux kilomètres », explique Martial Curti, fondateur de Bellerophon.

Configurez-le et oubliez-le

C’est également à Paris que Bradley Elsbury, aujourd’hui directeur de la recherche et du développement de Bellerophon, a rencontré Curti par l’intermédiaire d’un ami commun. En discutant autour d’une bière, les deux hommes ont fait un pari avec une somme d’argent importante en jeu.

L’ingénieur d’origine américaine a fini par gagner le pari, en résolvant un problème de commande numérique par ordinateur (CNC) sur lequel le fondateur du laboratoire de gemmologie avait réfléchi pendant un an. Les deux hommes ont commencé à travailler ensemble. De leur collaboration est né le robot susmentionné, qui a permis à l’entreprise de faire un grand pas en avant dans ses activités.

« Nous avons pu mettre un laboratoire entier sur un ordinateur de bureau. Nous avons quatre machines compactées dans un petit espace où il suffit de les brancher et de les utiliser. Il suffit de le régler et de l’oublier. Je pense que c’est la prochaine version de la gemmologie », déclare Bradley Elsbury.

Prochaine étape : le Grand-Duché

L’ingénieur basé au Luxembourg est également l’une des principales raisons pour lesquelles Bellerophon s’installera au Grand-Duché. La société, en cours d’agrément, se concentrera sur la recherche et le développement. Bellerophon a déjà profité de l’écosystème économique luxembourgeois. Pour Elsbury, il existe une certaine proximité entre les entreprises grâce à la taille du pays. « Il y a plus de connexions au Luxembourg pour apporter, comme nous l’appelons, l’industrie 4.0 », dit-il.

Après le Luxembourg, l’entreprise a pour objectif d’avoir une portée mondiale sans avoir besoin d’une présence physique. Ici encore, la technologie est la solution. Dans ce cas, une machine permettrait à un technicien d’un laboratoire parisien d’évaluer une pierre précieuse à distance. Cela peut aller jusqu’au Sri Lanka, par exemple, où de nombreuses pierres précieuses sont extraites.

L’industrie des pierres précieuses devrait conserver son importance. Il s’agit d’un choix populaire pour les personnes fortunées qui souhaitent stocker une partie de leur capital et même en faire fructifier la valeur. La robotique est là pour faire avancer l’industrie, et le Luxembourg a trouvé un moyen de faire partie du tableau. Et ce, à l’aube d’une révolution technique.

Teodor Georgiev
Teodor Georgiev
Passionné de journalisme depuis son plus jeune âge, Teodor Georgiev s'est spécialisé dans le développement durable et la culture des expatriés après avoir fait ses premiers pas dans le monde des médias luxembourgeois. Ses articles offrent au lecteur une compréhension approfondie du sujet. Soucieux d'établir des liens durables avec des personnes de tous horizons, Teodor met souvent en lumière des histoires moins connues sur des personnes et des projets entrepreneuriaux.

A la une