-1.5 C
Luxembourg

Que feront les marchés financiers en 2024 ?

Inflation, taux d’intérêt et « Magnificent 7 » : Les thèmes des marchés financiers en 2024.

Bonne année à tous ! Sera-t-elle aussi une bonne année financière ? Cela dépend de plusieurs facteurs. Nous avons répertorié les plus importants, ceux dont vous entendrez beaucoup parler cette année. Prenez de l’avance !

L’inflation

Il est vrai que ce n’est plus la mesure la plus importante à l’heure actuelle. L’inflation est désormais raisonnablement maîtrisée. L’année 2023 a été marquée par le lent déclin de l’inflation. Ce processus n’est pas encore terminé et le dernier kilomètre semble toujours le plus long. Mais la tendance est clairement à la baisse. Toutefois, nous ne sommes pas – ou pas encore – à la barre des 2 %, comme le souhaite la BCE. Nous n’atteindrons peut-être pas non plus cette limite en 2024. L’inflation devrait rester plus élevée au cours de l’année à venir, malgré le resserrement de la politique monétaire des banques centrales. Mais comme les prix de l’énergie semblent baisser, des surprises liées à l’inflation sont peu probables, ce qui est une bonne nouvelle pour les détenteurs d’obligations d’État. Nous y reviendrons plus tard. Nous restons toutefois sur nos gardes et suivons avec grand intérêt l’évolution des prix du pétrole. L’annonce d’une réduction de la production par les pays de l’OPEP, d’une part, et la guerre en Israël et l’implication possible des principaux pays producteurs de pétrole au Moyen-Orient, d’autre part, pourraient faire grimper les prix du pétrole. Cela pourrait être un facteur d’inflation.

Écran avec indicateurs boursiers et billets de banque en euros

Les taux d’intérêt

Les principales banques centrales ont fini de relever leurs taux d’intérêt et les marchés s’attendent à une baisse de ces derniers. Seulement, il n’y a pas encore de consensus sur le calendrier. Les optimistes attendent avec impatience le mois de mars, date à laquelle la Réserve Fédérale devrait procéder à la première baisse des taux d’intérêt. Toutefois, cela semble prématuré. Le Federal Open Market Committee (FOMC) se réunit huit fois par an et quatre réunions sont prévues au cours du premier semestre 2024 : fin janvier, fin mars, début mai et mi-juin. Selon un récent graphique publié par la Réserve Fédérale, la banque centrale laisse entrevoir une baisse du taux directeur de 5,4 % à la fin de 2023 à 4,6 % à la fin de 2024. Ce faisant, elle diminuera les taux d’intérêt de 25 points de base à trois reprises cette année. Pour 2025, 100 points de base seraient supprimés, 75 points de base de réductions potentielles des taux d’intérêt en 2026. Tout cela est soumis à d’importantes mises en garde.

La Banque Centrale Européenne se réunit toutes les six semaines pour discuter de sa politique monétaire. Elle se réunira fin janvier, la première semaine de mars, mi-avril et début juin. La BCE devrait réduire ses taux d’intérêt en 2024 en raison d’un éventuel ralentissement économique. Cela mettrait fin au cycle de hausse des taux le plus important de son histoire. Après avoir atteint un niveau historiquement bas de -0,5 % en juin 2022, le principal taux directeur a été porté à 4 % en septembre 2023. La BCE a utilisé cette politique monétaire plus stricte pour lutter contre l’inflation, qui a atteint 10,6 % en octobre 2022. Un niveau aussi élevé n’avait jamais été enregistré dans la zone euro. En octobre 2023, l’inflation est retombée à 2,9 %. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a indiqué qu’elle souhaitait maintenir les taux d’intérêt actuels pendant les six premiers mois. Par conséquent, une baisse des taux n’est pas envisageable avant l’été.

Les « 7 magnifiques »

Les prévisions pour 2024 tablent plutôt sur une croissance très modeste. L’évolution du contexte économique signifie que le « TINA » (There Is No Alternative) pourrait céder du terrain en termes de rendement. La persistance de taux d’intérêt élevés signifie qu’il y a des rendements à obtenir dans les obligations en plus du marché boursier.

Sur les marchés des actions, on peut s’attendre à des développements très intéressants de la révolution de l’IA et de ses nombreux prolongements. Dans le même temps, les valeurs anciennes, telles que les holdings et les sociétés immobilières, sont cotées à des prix nettement sous-évalués. Même si le bon grain sera séparé de l’ivraie, la qualité surnage. Le secteur technologique est actuellement dominé par ce que l’on appelle les « Magnificent 7 » : les sept grandes capitalisations technologiques – Apple, Amazon, Alphabet, Nvidia, Meta, Microsoft et Tesla – qui sous-tendent l’ensemble de l’indice S&P 500. Les investisseurs considèrent ces sept valeurs comme les gagnantes de la révolution de l’IA. Ces entreprises sont suprêmes et disposent de liquidités. Mais chaque nouveau secteur fait apparaître de nouveaux acteurs perturbateurs. Cette fois-ci pourrait-elle être différente ?

Dans le contexte actuel, les obligations, en particulier les obligations d’État, constituent une option attrayante. Ce que les investisseurs obligataires cherchaient en vain depuis des années, un rendement décent est de retour depuis un certain temps. Tant en Europe qu’aux États-Unis, les taux d’intérêt à long terme ont augmenté. Dans de nombreux pays européens, les taux d’intérêt à long terme sont à leur plus haut niveau de la dernière décennie. Le rendement des obligations d’État américaines à 10 ans a même dépassé son pic de 2007. Les rendements à long terme attrayants d’aujourd’hui sont supérieurs aux prévisions d’inflation sur la même période, ce qui permet d’obtenir des rendements nominaux. Cette célébration ne durera pas.

A la une