-1.5 C
Luxembourg

IA: anatomie d’une ascension

Outil d’émancipation, l’IA est devenue incontournable, et il va falloir apprendre à travailler et à vivre avec des machines intelligentes.

Il aura fallu près d’un siècle après le dépôt de brevet du moteur à vapeur déposé en 1769 en Angleterre pour en voir les effets sur la puissance industrielle de l’autre côté de l’Atlantique. Et quelques semaines à peine à ChatGPT pour conquérir 100 millions d’utilisateurs. Une vitesse d’adoption inégalée dans l’histoire, y compris technologique. Un an après l’avènement de ChatGPT, le déploiement de l’IA générative, une rupture technologique majeure, met en lumière le potentiel de l’IA.

L’IA générative signe en effet une montée en puissance inédite. ​ Evalué à 29 milliards de dollars en 2022, le marché mondial de l’IA générative devrait en effet peser 668 milliards en 2030, selon une récente étude de Fortune Business Insights, soit un taux de croissance annuel moyen de +47,5%.

Bien des secteurs sont concernés, de la santé au divertissement, des services financiers aux biens de grande consommation. Placée sous le signe de l’IA générative, l’édition 2024 du CES, qui s’est achevée en janvier à Las Vegas, en a témoigné avec des innovations dévoilées dans l’industrie des jeux vidéo, de l’électroménager ou encore de la robotique, qui entre dans une nouvelle ère.

L’IA s’invite dans nos vies personnelles et professionnelles. L’IA améliore déjà le quotidien de bien des manières : les moteurs de recherche, les plateformes d’e-commerce, ou encore les réseaux sociaux l’ont massivement adoptée pour améliorer la performance de leurs produits. Les plateformes de cybersécurité l’adoptent quant à elles pour protéger quotidiennement utilisateurs, entreprises et gouvernements dans le monde entier. ​ L’IA est à l’origine de nouveaux usages, comme la voiture autonome par exemple : Tesla réalise ainsi d’importants progrès avec le FSD et Waymo propose déjà des taxis autonomes à Phoenix en Arizona…

L’IA s’impose aussi comme le nouveau paradigme pour la compétitivité des entreprises. Alimentée par des tendances exponentielles, la croissance des données, la prolifération du cloud, l’évolution des réseaux de neurones artificiels et le développement d’applications, l’IA confère aux entreprises qui l’adoptent une longueur d’avance pouvant se révéler significative. L’IA augmente incontestablement la productivité : les développeurs sont ainsi déjà de 30 à 50% plus productifs grâce à l’IA générative qui leur permet de créer en quelques clics du code informatique. Dans le domaine de la santé, les perspectives du secteur sont en hausse grâce au développement accéléré de nouvelles thérapies ou l’analyse du génome humain. L’IA sert, par exemple, à modéliser des molécules pour développer de nouvelles thérapies, comme en témoignent les avancées des grands laboratoires comme AstraZeneca, Merck, Eli Lilly, ou encore de la biotech allemande Biontech. Dans tous les secteurs, les entreprises qui construisent de solides fondations d’IA sont les mieux positionnées pour se transformer et gagner en agilité compétitive. C’est le cas pour les entreprises technologiques qui ont été parmi les premières à la développer, à l’image de Nvidia, leader des cartes graphiques, devenues le « cerveau de l’IA », ou encore de la cybersécurité, avec des valeurs comme Crowdstrike. Les champions de l’IA affichent déjà une croissance jusqu’à 50% supérieure à celle de leurs pairs1. De quoi créer au long cours un territoire riche d’opportunités d’investissement.

Outil d’émancipation, l’IA est devenue incontournable, et il va falloir apprendre à travailler et à vivre avec des machines intelligentes.

Disclaimer : Les secteurs et valeurs sont cités à titre d’exemple. Ni leur présence dans les portefeuilles gérés, ni leur performance ne sont garanties. Les opinions émises dans le document correspondent aux convictions des auteurs. Elles ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de LFDE.


1 Accenture, juin 2022

Olivier de Berranger
Olivier de Berranger
Olivier de Berranger a depuis 1990 occupé des postes de trader, ainsi que de responsable de desk de trading sur les produits de taux d’intérêt, cash et dérivés au Crédit Lyonnais puis chez Calyon. Il a ensuite été responsable du pôle Capital Markets chez First Finance. Olivier de Berranger rejoint La Financière de l’Échiquier en mars 2007 en qualité de gérant obligataire. Après être devenu directeur de la gestion taux, crédit et diversifié, il est nommé en 2017 directeur de la gestion d’actifs et entre au comité de direction. En décembre 2023, il est nommé Directeur Général de LFDE. Olivier de Berranger est diplômé d’HEC.

A la une