10.8 C
Luxembourg

Les technologies basées sur l’IA progresseront « à une vitesse exponentielle »

Pictet Asset Management est convaincu que les technologies basées sur l'IA "progressent à une vitesse exponentielle", notamment en ce qui concerne la façon dont l'IA se positionne par rapport aux performances humaines.

Anjali Bastianpillai, gestionnaire de portefeuille client senior chez Pictet Asset Management, a présenté trois fonds axés sur l’innovation technologique – robotique, numérique et sécurité – lors d’un événement au Luxembourg, démontrant comment l’IA a été un puissant accélérateur de croissance ces dernières années.

Pictet Asset Management est convaincu que les technologies basées sur l’IA « progressent à une vitesse exponentielle », notamment en ce qui concerne la façon dont l’IA se positionne par rapport aux performances humaines. Et cela concerne tous les types, que ce soit la reconnaissance d’écriture, d’images ou de discours ; la compréhension de la lecture ou du langage.

Ce qui rend l’IA si attrayante, argumente Anjali Bastianpillai, ce sont trois choses en particulier. Premièrement, de puissants semi-conducteurs sont utilisés non seulement dans la technologie, mais aussi dans d’autres applications – par exemple, les véhicules électriques. Pictet Asset Management prévoit qu’en 2030, ce marché pourrait atteindre un billion de dollars, et son importance stratégique a été renforcée par la European Chips Act et le US Chips and Science Act, pour n’en citer que quelques-uns.

Deuxièmement, il existe de « puissants hyper-échelonneurs, les grands centres de données », que ce soit Amazon, Microsoft ou Google, « mais même Meta, un cloud privé, seulement pour Instagram, Facebook, etc., mais si vous prenez les quatre, vous avez environ 78 % du marché des centres de données. C’est énorme. »

Troisièmement, le SaaS devient plus prédominant, avec des applications et des services cloud de plus en plus utilisés tant par les consommateurs que par les entreprises. Les licornes, comme Anthropic, ont des valorisations de plusieurs milliards de dollars, mais comme l’a souligné Anjali Bastianpillai, « elles sont toutes soutenues par de grands fournisseurs de cloud, et aucune d’entre elles ne serait capable de faire fonctionner ces gros modèles sans le soutien d’un grand fournisseur de cloud », comme ceux mentionnés précédemment.

Répartition du portefeuille

Pour ses investissements numériques, Pictet cite un TCAC de +19 % sur 10 ans, par rapport à MSCI AC World et MSCI ACT World/IT à +4 % et +10 %, respectivement. Le portefeuille compte 35 à 50 positions – dont 14,8 % se chevauchent avec MSCI ACWI – et une capitalisation boursière médiane de 68 milliards de dollars.

Pictet note également qu’il y a plus de diversification en dehors du secteur des TI du MSCI. Les cinq principales positions ici sont Meta (poids du portefeuille de 8,5 %), Nvidia (8,4 %), Amazon (7,7 %), Alphabet (7,2 %) et Microsoft (6,8 %). Il détient cinq des actions des « Sept Merveilles », à l’exclusion d’Apple et de Tesla. « Quand vous regardez notre performance, nous avons augmenté de près de 54 % en 2023, mais les Sept Merveilles n’ont produit que 30 % de ce rendement. Cela signifie que les deux tiers de ce portefeuille proviennent d’autres actions », a expliqué Anjali Bastianpillai. Dans ce portefeuille, toutes les entreprises ont une exposition à l’IA, que ce soit par le biais de technologies permettant de l’activer, par leur propre utilisation ou par la vente d’un produit final aux consommateurs.

De même, le portefeuille robotique est entièrement exposé à l’IA, que ce soit par le biais de l’automatisation des usines et de l’EDA, des technologies permettant de l’activer ou de l’automatisation des entreprises et des services. Il y a 36 positions, un faible chevauchement avec MSCI ACWI (7,6 %) et une capitalisation boursière médiane de 54,2 milliards de dollars. « Ce fonds a rapporté plus de 54 % de rendement l’année dernière », a expliqué Bastianpillai, ajoutant que ici, seules deux des Sept Merveilles sont représentées (Google et Nvidia), mais d’autres participations incluent, par exemple, ASML, qui augmente sa part de marché dans les puces pour l’IA et le cloud computing, et Infineon, qui « a très bien performé ».

Dans le portefeuille de sécurité, quant à lui, il y a environ 55 % d’exposition à l’IA. « Nous n’avons aucune des Sept Merveilles dans ce portefeuille, nous jouons vraiment le thème de la sécurité », a déclaré Anjali Bastianpillai. Les principales pondérations de ce portefeuille sont Paloalto (5,4 %) ; KLA (4,9 %), qui est un fournisseur d’équipements inspectant les puces de semi-conducteur ; Crowdstrike (4,8 %) et Equinix (4,5 %). Il y a 36 positions au total, avec une capitalisation

Natalie A. Gerhardstein
Natalie A. Gerhardstein
Natalie A. Gerhardstein est une journaliste et rédactrice indépendante qui possède 20 ans d'expérience dans les médias internationaux, l'édition et la communication stratégique d'entreprise. Ses écrits sur les affaires et le développement international, les voyages et la culture ont été publiés dans diverses publications, au Luxembourg et à l'étranger, notamment dans des magazines de bord, des magazines d'affaires, de finance et de culture/lifestyle, ainsi que dans des magazines de voyage. Ayant la double nationalité américaine et allemande, Natalie est titulaire d'un MBA et parle l'anglais, le français, l'allemand et le luxembourgeois à des degrés divers, et apprend des rudiments de coréen et de japonais. Elle adore voyager, surtout en Asie.

A la une