5.2 C
Luxembourg

Les espaces de coworking attendus au tournant

Au Luxembourg, les espaces de coworking jouent un rôle essentiel dans le développement de l'économie, en offrant un soutien vital aux indépendants, aux start-ups et aux entreprises établies. Cependant, les initiés de l'industrie déplorent un manque de dynamisme et de soutien du secteur.

Face à l’essor mondial de la scène du coworking, le Luxembourg n’échappe pas à la tendance. Pourtant, sous la surface de cette industrie florissante se cache un paysage nuancé. En quête d’informations, les principaux acteurs du marché ont été invités à révéler les tendances dominantes, les appréhensions, les efforts futurs et les obstacles qui façonnent la trajectoire du coworking au Grand-Duché.

En se plongeant dans le monde en constante évolution des tendances du coworking en 2024, il devient évident que ces espaces flexibles transcendent les environnements de travail ou les centres d’affaires traditionnels.

Comme le souligne la Luxembourg Workspace Association (LWA) l’échec mondial de la célèbre plateforme WeWork n’a pas eu d’influence directe sur les espaces de coworking au
Luxembourg, si ce n’est en termes de réputation globale. Les espaces de coworking continuent à servir des communautés dynamiques qui vibrent au rythme de l’innovation, de la durabilité et d’un espace de travail personnalisable, donnant naissance au concept de « bureau du futur ».

Depuis 2020, il semble que le quartier de la Gare soit devenu le principal centre de coworking de la capitale. Cette position tendancielle marque l’expansion du secteur dans la ville, sous l’impulsion d’acteurs influents tels que Spaces, Gingko Solutions Facilities, Regus ou encore Silversquare.

Bien que l’Association luxembourgeoise des espaces de travail (LWA) ne puisse pas encore confirmer les statistiques du secteur, les recherches préliminaires effectuées pour cet article suggèrent un nombre estimé de 56 espaces de coworking répartis à travers le pays.

Principalement concentrés dans la capitale, les espaces de travail partagés parsèment également le paysage dans la région de la Moselle et dans le sud du Luxembourg. Mais la question clé est la suivante : comment les entrepreneurs et les gestionnaires adaptent-ils leurs stratégies immobilières pour répondre à cette nouvelle norme hybride et quelles sont leurs principales préoccupations ? En plongeant dans la sphère du coworking, on découvre un paysage diversifié où l’avenir se dessine en harmonie avec les communautés qu’il nourrit.

« Dans un environnement incertain, l’attrait du coworking réside dans sa capacité à fournir un filet de sécurité, permettant de résilier rapidement les accords si nécessaire. »

Des préoccupations conservatrices

Au Luxembourg, les espaces de coworking jouent un rôle essentiel dans le développement de l’économie, en offrant un soutien vital aux indépendants, aux start-ups et aux entreprises établies. Cependant, les initiés de l’industrie déplorent un manque de dynamisme et de soutien du secteur, suggérant que le Grand-Duché n’est pas à la hauteur de destinations plus branchées comme l’Australie, l’Allemagne ou les pays voisins.

« La pénurie d’espaces de coworking au Luxembourg, par rapport à d’autres pays voisins et mondiaux, est le résultat de multiples facteurs. La petite taille du marché intérieur, exacerbée par une approche conservatrice du secteur immobilier, ainsi que l’énorme bureaucratie nécessaire à l’installation d’une entreprise, sont trois des principales raisons », explique Gosia Kramer, fondatrice des espaces de coworking The Office.

Malgré sa réputation de place financière, le Luxembourg possède des avantages stratégiques qui pourraient renforcer son attrait sur la scène mondiale. Sa situation au centre de l’Europe, son accès inégalé à divers marchés, le nombre élevé d’expatriés, la sécurité financière et une riche mosaïque culturelle soulignée par le multilinguisme et un mode de vie équilibré sont autant d’atouts convaincants.

Selon les chefs d’entreprise cités dans cet article, la rationalisation des processus bureaucratiques est essentielle pour favoriser une croissance économique rapide. Si davantage d’entrepreneurs pénètrent dans le pays, l’industrie du coworking bénéficiera également de cette dynamique, c’est un cycle gagnant-gagnant.

Espace de co-working Silversquare Liberté (Photo © Silversquare)

Les contraintes réglementaires prévalent

Comme le souligne Gosia Kramer les espaces de coworking sont l’un des plus importants moteurs économiques du Luxembourg, mais le gouvernement ne semble pas disposé à coopérer avec le secteur. « Nous ne pouvons pas augmenter le nombre de nos bureaux à cause de la règlementation. J’aimerais accueillir encore plus de personnes ici parce que tout le monde ne vient pas tous les jours au bureau, c’est la beauté de la liberté ».

Selon elle, le gouvernement devrait soutenir les centres de coworking de manière plus proactive et plus forte, car ces entités servent de tremplin pour les entrepreneurs en herbe, alors que les mesures de soutien actuelles restent insuffisantes. Les entrepreneurs appellent à une évolution vers des initiatives de soutien plus inclusives, soulignant la nécessité d’étendre l’aide au-delà de quelques entreprises sélectionnées, telles que celles inscrites dans des programmes d’accompagnement comme Fit 4 Start. Il est urgent d’adopter une approche plus large visant à autonomiser des centaines, voire des milliers, d’entrepreneurs afin de donner un nouveau souffle à ce secteur crucial.

« Les centres d’affaires traditionnels favorisent les engagements à long terme, ce qui contraste avec la nature rapide des affaires. Malgré la présence importante d’expatriés, les réglementations strictes limitent souvent les entrepreneurs à des espaces privés coûteux. Les longs contrats de location de bureaux sont dissuasifs, en particulier pour les entreprises en phase de démarrage, qui hésitent à s’engager dans un avenir incertain », souligne Gosia Kramer. C’est pourquoi les espaces de coworking sont si populaires. En effet, ils offrent une solution flexible, permettant aux entreprises de s’adapter à des conditions changeantes. « Dans un environnement incertain, l’attrait du coworking réside dans sa capacité à fournir un filet de sécurité, permettant de résilier rapidement les accords si nécessaire », explique-t-elle.

En outre, « la charge bureaucratique est accrue par le fait que les entrepreneurs doivent avoir une autorisation d’établissement et prouver qu’ils sont résidents luxembourgeois pour disposer d’une adresse commerciale. La difficulté d’ouvrir un compte bancaire est un autre obstacle. Ils ne sont pas vraiment les bienvenus. Il y a beaucoup d’obstacles à l’implantation d’entreprises étrangères ici, et nous avons besoin de plus de masse entrepreneuriale, d’entreprises qui stimulent l’économie », rappelle la fondatrice et CEO de The Office.

De plus, selon Claudine Bettendroffer, Country Leader de l’espace de coworking Silversquare « le Luxembourg est encore un pays conservateur en la matière, donc selon la récente législation de novembre dernier, pour louer des espaces de travail partagés ou des bureaux avec services auxiliaires, le gestionnaire doit avoir une licence d’établissement ».

Chez Silversquare, 65% des entreprises occupent des bureaux privés et 35% des open spaces, ces derniers se répartissant entre bureaux fixes et bureaux flexibles, avec la particularité qu’au Luxembourg les entreprises ne peuvent enregistrer leur siège social qu’en utilisant un bureau fixe. En revanche, dans d’autres pays, tels que la Belgique, l’Allemagne ou la France, il peut également être enregistré sur un bureau flexible.

« Nous voulons donner vie à l’ensemble du secteur, c’est pourquoi nous voulons élargir la Luxembourg Workspace Association. »

Une nouvelle norme : le coworking dans les bureaux privés

Quelle que soit l’évolution du marché, l’une des tendances observées dans le secteur est que les grandes entreprises de divers pays choisissent et encouragent le secteur des espaces de coworking au lieu d’opter pour des centres d’affaires classiques. Elles délocalisent leurs bureaux dans des espaces de travail partagés afin de bénéficier de la créativité, de la vitalité et de l’esprit de réseau que ceux-ci apportent à leurs équipes.

« Chez The Office, la demande d’espaces privés a augmenté. Aujourd’hui, nous avons beaucoup plus de demandes pour des bureaux privés qu’avant Covid, lorsque les espaces ouverts étaient plus demandés, donc le modèle d’entreprise est en train de changer », déclare Gosia Kramer.

Par exemple, en France, comme au Luxembourg, le modèle d’entreprise n’est plus basé sur la location d’espaces de travail nomades à la journée, que ce soit en libre-service ou dans des espaces ouverts.

Comme l’a publié le magazine français Libre Service Actualités (LWA) à la mi-2022, « Au sein des espaces de coworking, on trouve de plus en plus de lieux de travail sédentaires privés loués au mois (88% des lieux de travail dans des bureaux privés fermés contre 12% des lieux de travail dans des espaces ouverts) et de grandes entreprises qui louent des espaces de coworking privés au lieu de s’installer dans des centres d’affaires ».

Espace de co-working Paladium Gare (Photo © Paladium)

Le bureau traditionnel est-il obsolète ?

Bien que les espaces de coworking aient remis en question les modèles de bureaux traditionnels, il est prématuré de considérer les bureaux comme obsolètes. Ils restent une option viable pour les entreprises ayant des besoins spécifiques (industries, cabinets médicaux, etc.), tandis que le coworking offre flexibilité et rentabilité pour les autres. Les bureaux et les espaces de coworking coexistent en tant qu’options complémentaires dans le paysage actuel de l’espace de travail.

Cependant, les opinions divergent. « Je suis évidemment convaincu que les espaces flexibles sont la seule solution efficace à cette fluctuation de la fréquentation… C’est le pari que Befimmo a fait en investissant dans Silversquare, et ensemble nous sommes en mesure d’offrir le meilleur des deux mondes : location et flexibilité ! », déclarait récemment Alex Kuborn, cofondateur de Silversquare, dans un post sur le réseau LinkedIn.

Dans le but de soutenir l’industrie au Luxembourg, Claudine Bettendroffer a co-créé en 2021 la Luxembourg Workspace Association, qui regroupe des incubateurs, des espaces de coworking et des centres d’affaires. « Notre objectif est d’être la voix du secteur, en établissant les normes qui définissent notre industrie, en garantissant un niveau de qualité et d’éthique parmi nos membres et en fournissant également une plateforme pour trouver le bon endroit pour construire son entreprise ».

Pour renforcer son point de vue, Claudine ajoute : « Nous voulons donner vie à l’ensemble du secteur, c’est pourquoi nous voulons élargir l’Association, plus nous aurons de membres, plus nous serons forts, c’est pourquoi nous espérons que tous les lieux de travail nous rejoindront.”

L’association dispose de groupes de travail juridiques (lobbying et échanges avec les autorités, représentation internationale), de promotion (carte des espaces de travail, statistiques et échanges avec les associations internationales d’espaces de travail) et d’animation (accueil des nouveaux membres, activités de formation et de mise en réseau).

En 2023, la Luxembourg Workspace Association est devenue une fédération membre officielle de la Luxembourg Confederation. D’après l’association, la pénétration du marché du coworking au Luxembourg se situe entre 2 et 3 % de la surface totale de bureaux.

« L’absence d’une aide gouvernementale substantielle est un problème criant pour nous, qui fournissons un environnement stimulant pour les artisans et les entreprises naissantes. »

Des services innovants pour une meilleure qualité de vie

« Ce sont les services supplémentaires qui donnent aux centres de coworking leur force pour l’avenir. Nous devons innover et proposer des services qui se démarquent. Plusieurs projets sont en cours de réalisation », annonce Emilie Marasse, directrice de la communication et du marketing du réseau d’espaces Paladium.

Des développements passionnants sont en cours alors que Paladium s’apprête à dévoiler son nouveau projet d’ici la fin du mois de mars : outre les deux espaces de coworking, Paladium Gare Centrale et Le Jardin Secret à Bertrange ainsi que le tout nouvel entrepôt de stockage Le Stockage Hamm, la société se prépare à ouvrir un autre entrepôt, Le Hangar Celtes au Merl, le 1er avril, spécialement conçu pour les travailleurs artisanaux.

Destiné à soutenir la communauté artisanale locale, ce centre innovant offrira un espace de travail dynamique associé à des installations de stockage sécurisées pour les matériaux, répondant aux divers besoins de ses membres et des non-membres. Il offrira des solutions de stockage pratiques à des fins diverses, qu’il s’agisse de stocker temporairement des meubles lors d’un déménagement ou de mettre en sécurité des documents importants ou du matériel de jardinage. En outre, un espace « Guingette » sera lancé en pleine nature, disponible pour les événements organisés par les agences de communication et les particuliers. L’extension du réseau Paladium à Metz est également à l’ordre du jour, marquant une croissance continue et innovante de la marque Paladium dans l’univers du coworking et de la Grande Région.

Chez Gingko Solutions Facilities, l’accent est mis sur la combinaison du bien-être personnel et de la productivité au travail, en offrant une large gamme de services pour que les clients puissent se détendre avant ou après une réunion. « Nos services sont axés sur le bien-être et le confort : salles de fitness, cours de yoga, mais aussi espaces de détente confortables, baby-foot, bibliothèque bien fournie, espaces de restauration conviviaux proposant des produits locaux, etc. « , explique Barbara Brecko, fondatrice et directrice générale de Ginkgo Solution Facilities.

En général, les espaces de coworking visent à fusionner un environnement professionnel avec une atmosphère décontractée et détendue, grâce à des cafés, des restaurants, des cours de fitness, des salles de conférence, etc.

Espace de co-working Concilium (Photo © Patricia C. Marques)

Les espaces de coworking transfrontaliers

Stratégiquement situés dans la région de la Moselle, les espaces de coworking Concilium et S-Hub sont quelques-uns des exemples qui servent non seulement les entrepreneurs locaux, mais aussi et surtout les frontaliers, reflétant ainsi une tendance croissante dans le secteur des espaces de travail.

Ainsi, le S-Hub de Yutz (Thionville) constitue une solution pratique pour les travailleurs frontaliers français et le Concilium de Stadtbredimus (près de Remich) pour les travailleurs frontaliers allemands, français et luxembourgeois.

« Depuis des années, l’absence d’une aide gouvernementale substantielle est un problème criant pour nous, qui fournissons un environnement stimulant pour les artisans et les entreprises naissantes, ce qui constitue un soutien fondamental pour les travailleurs frontaliers. Tout au long de mon parcours de trois décennies en tant qu’entrepreneur, l’aide gouvernementale est restée remarquablement rare. C’est décourageant », admet Jorge Simões, fondateur de Retrouvailles Concept et de l’espace de coworking Concilium. Depuis 2008, l’entrepreneur poursuit sa mission de soutien aux travailleurs indépendants et aux start-ups, dont beaucoup se débattent avec les droits d’entrée et les loyers tout en naviguant dans le processus ardu d’autorisation, qui dure souvent trois mois ou plus.

L’une des solutions proposées par Concilium consiste à réduire les loyers au cours des premiers mois, avant que les entrepreneurs n’obtiennent leur licence d’établissement. « En période de récession, notre action devient encore plus cruciale et je prévois une crise importante cette année. Sans le soutien adéquat, de nombreuses entreprises, en particulier les nouvelles, peuvent être confrontées à des défis insurmontables », souligne le directeur général de Concilium.

Les tendances du coworking

Voici un aperçu des tendances du marché luxembourgeois, qui ne sont pas très éloignées des tendances du marché mondial, si on se référe à l’étude « 2024 Coworking Space Trends Explored and Explained by Experts » publiée en décembre 2023 :

– Demande accrue d’espaces de travail flexibles : À l’échelle mondiale, avec l’essor du travail à distance et de la gig economy, nous assistons à une demande croissante pour des espaces de coworking qui offrent des options d’adhésion flexibles et l’accès à des commodités à la demande.

– Le coworking transfrontalier : La prolifération des espaces de coworking à proximité des frontières augmente, dans le but de faciliter la vie des travailleurs transfrontaliers. Ces emplacements stratégiques offrent l’avantage d’éviter les embouteillages, de minimiser le stress ou les retards, d’économiser de l’argent sur les trajets quotidiens et d’offrir un meilleur équilibre de vie.

– Collaboration et création de communautés : Les espaces de coworking continueront à favoriser un sentiment de communauté, de sociabilité et de collaboration entre les membres par le biais d’événements de mise en réseau, d’ateliers, de formations à l’entrepreneuriat et de programmes de mentorat.

– L’évolution du coworking axée sur la technologie : Les espaces de travail partagés intègrent de plus en plus la technologie pour améliorer l’expérience de l’utilisateur, y compris les caractéristiques des bâtiments intelligents, les salles de réunion virtuelles et les plateformes de réseautage numérique. Les activités liées à la technologie dominent l’écosystème, avec les techniciens en tête, suivis par les professionnels de l’informatique.

– Durabilité et bien-être : L’accent est de plus en plus mis sur la création d’espaces de coworking respectueux de l’environnement et de la santé, avec des caractéristiques telles que des toits verts servant de « zones de refroidissement », un éclairage naturel et des programmes de bien-être, y compris des centres de remise en forme pour les membres, comme c’est le cas à The Office.

– Espaces de coworking de niche : Des espaces émergent avec des thèmes uniques tels que « craft hubs », « health hubs », « food hubs » et « storage spaces », répondant aux demandes des consommateurs, tout en s’adressant à d’autres cibles telles que les particuliers ayant des besoins de stockage. Par exemple, The Office prévoit d’ouvrir un « Medical coworking » pour la niche du marché de la santé, englobant toutes les professions liées à la santé et les fournisseurs associés au secteur, en 2025.

– Expansion des chaînes de coworking : Les chaînes de coworking internationales cherchent à étendre leur présence au Luxembourg en offrant une plus grande variété d’emplacements, de commodités et de services aux membres.

– Élargissement de la gamme de services : L’offre de services est de plus en plus diversifiée, ce qui favorise l’interaction sociale, comme l’organisation d’une variété d’événements (par exemple, petits déjeuners conviviaux, afterworks, expositions d’art, ventes de plantes, installation de restaurants, de cafés, de salles de sport, de petites boutiques d’artisanat, etc.)

Dans l’ensemble, l’avenir des espaces de coworking au Luxembourg semble prometteur, sous l’impulsion de facteurs tels que la croissance économique, les changements dans la réglementation du coworking, la réduction de la bureaucratie, les politiques visant à attirer de nouveaux talents, l’innovation des services et l’innovation technologique de pointe. La trajectoire exacte dépendra donc de divers facteurs internes et externes qui façonnent le paysage entrepreneurial du pays

Patricia Casal Marques
Patricia Casal Marques
Patrícia Casal Marques est une professionnelle expérimentée ayant une longue carrière dans les domaines de la communication et des relations publiques. Elle a embrassé l'entrepreneuriat dès un jeune âge, fondant sa propre agence d'événements à Lisbonne à l'âge de 23 ans, après avoir été élue "Jeune Entrepreneur à Haut Potentiel" (JEEP) dans le cadre d'un programme MBA intensif. En tant que responsable des relations publiques chez Sonae Sierra, elle a appris à mettre en pratique l'ensemble de ses compétences en communication en gérant plusieurs centres commerciaux au Portugal et en Espagne. En 2012, elle se lance dans une carrière journalistique en tant que correspondante de presse pour le journal Contacto et Radio Latina, puis est invitée à rejoindre Mediahuis. Depuis lors, elle a interviewé d'innombrables entrepreneurs de tous horizons. Forte de ses diplômes en "Relations Internationales", "Marchés et Consumérisme" et "Écriture Créative", elle décide de suivre sa passion pour l'écriture et obtient son diplôme de journalisme indépendant en 2021, collaborant régulièrement avec les plus grands groupes médiatiques au Luxembourg. Patrícia est également formatrice certifiée dans des instituts de formation renommés et traduit des textes commerciaux et des livres dans six langues. Impliquée activement dans la communauté portugaise, elle enseigne le portugais, favorisant les liens culturels. Voyageuse passionnée, Patrícia intègre l'authenticité et la spontanéité dans tous les aspects de sa vie.

A la une