-1.5 C
Luxembourg

L’écosystème Fintech du Luxembourg en 2024

Avec environ 120 banques et plus de 280 compagnies d'assurance et de réassurance, il devrait y avoir beaucoup d'opportunités pour les entreprises fintech au Luxembourg.

Avec environ 3 400 fonds d’investissement gérant plus de 5,2 trillions d’euros d’actifs, le Luxembourg offre une large base de clients pour les entreprises fintech. Avec des exigences croissantes en matière de réglementation et de numérisation, l’écosystème ne devrait que se développer en 2024, affirment des acteurs clés du secteur financier.

Au cœur de l’écosystème fintech luxembourgeois se trouve la Luxembourg House of Financial Technology (LHoFT). Selon son directeur général, Nasir Zubairi, 85 entreprises sont basées dans ses locaux, et les institutions financières continuent de demander des solutions technologiques pour améliorer l’efficacité et réduire les coûts.

« À l’échelle mondiale, on s’interroge sur les investissements dans la fintech, mais au Luxembourg, nous continuons à observer une forte croissance », explique M. Zubairi. « Il y a une forte demande de la part des entreprises nationales et étrangères pour les types de solutions que nos startups offrent. »

Le directeur général de Luxembourg for Finance, Nicolas Mackel – qui, selon le Luxemburger Wort, serait candidat au poste de nouvel ambassadeur auprès de l’UE à Bruxelles – est d’accord. « La transformation numérique est devenue un domaine d’une importance cruciale pour les entreprises financières : les clients sont de plus en plus avertis sur le plan numérique et exigent donc des solutions efficaces », déclare-t-il. « Les exigences réglementaires croissantes augmentent les coûts et poussent les entreprises financières à transformer leurs opérations back et front-end. »

« Les réglementations sont là et nous devons les considérer comme des opportunités. »

Des multinationales et des acteurs locaux

Parmi les principaux acteurs du secteur des paiements qui ont établi leur siège européen au Luxembourg figurent les multinationales américaines Amazon et PayPal, ainsi que le conglomérat technologique japonais Rakuten, pour n’en citer que quelques-uns.

Mais il existe de nombreux exemples d’entreprises locales opérant dans le domaine de la fintech qui ont annoncé des actualités notables au cours des derniers mois. C’est le cas de Moniflo, une plateforme d’investissement fondée sur des valeurs et dirigée par Georges Bock, qui a annoncé en janvier la conclusion d’un tour de table de 3 millions d’euros. Elle a lancé une application en février et prévoit une expansion européenne, d’abord en Allemagne d’ici la fin du mois de février.

Un autre exemple est celui du fournisseur de solutions de paiement Payconiq qui, depuis son lancement en 2012, s’est intégré dans la vie de 50% de la population luxembourgeoise, selon son site web. En 2023, Payconiq International a été racheté par l’European Payments Initiative, une opération qui « accélère la mission [de Payconiq] de contribuer à une solution de paiement innovante pour les consommateurs et les entreprises à travers l’Europe », déclarait le PDG Guido Vermeent il y a peu.

Tokeny, une plateforme de tokenisation, a également annoncé plusieurs avancées remarquables : en septembre 2023, elle a obtenu la conformité SOC2 Type I, ce qui en fait la première plateforme de ce type au monde à obtenir cette certification. En décembre, le fournisseur de services financiers Apex Group a également annoncé son investissement stratégique dans la plateforme.

La force de la regtech

Nasir Zubairi souligne la force du secteur regtech – qui représente environ 30 à 40 % des entreprises fintech du grand-duché, selon Luxembourg for Finance – et le secteur devrait avoir des opportunités à mesure que de nouvelles réglementations se développent et sont mises en œuvre.

Le 2 février, le Conseil des ministres de l’UE a approuvé à l’unanimité le pacte sur l’IA, destiné à garantir la sécurité des systèmes d’intelligence artificielle et à classifier les risques. Au moment de la rédaction du présent rapport, deux commissions parlementaires devaient voter dans le cadre des prochaines étapes.

Alors que les acteurs attendent de voir comment cela va se passer, d’autres réglementations sont en phase de mise en œuvre. Il s’agit notamment du règlement sur les marchés des crypto-actifs (MiCA), qui est entré en vigueur en juin 2023 avec une date limite d’application complète fixée à décembre 2024, ainsi que de la loi sur la résilience opérationnelle numérique (DORA), en vigueur depuis le 16 janvier 2023 avec un délai de mise en œuvre de 24 mois.

Ces réglementations « auront un impact direct sur la manière dont les entreprises gèrent, mettent en œuvre et utilisent la technologie. Elles créent parfois une contrainte ou un défi immédiat, mais de manière générale, les réglementations sont là et nous devons les considérer comme des opportunités », explique M. Zubairi. « Pour les entreprises qui travaillent dans l’espace crypto ou token, la réglementation MiCA les fera gagner en crédibilité. »

« Contrairement à de nombreux autres domaines, le Luxembourg offre aux entreprises fintech un marché pertinent […] »

De la valeur pour le Luxembourg

La LHoFT, qui encourage l’innovation et l’éducation dans l’espace fintech, lance plusieurs initiatives cette année. Après les éditions précédentes au Luxembourg et au Togo, elle a récemment annoncé la première édition de son programme Catapult : Inclusion SE Asia, qui accueillera pour la première fois 20 entreprises fintech pour la première semaine du programme, basée en Thaïlande, dont 10 passeront à la deuxième semaine au Luxembourg.

Un autre programme spécial sera consacré à l’Ukraine. « D’une certaine manière, il s’agit d’une aide au développement pour l’Ukraine, mais l’Ukraine est aussi une source d’entreprises technologiques de très grande qualité », explique M. Zubairi. « Pouvoir soutenir 10 à 12 entreprises, les amener au Luxembourg et les connecter à l’écosystème créera beaucoup de valeur pour le Luxembourg également. »

De nouveaux programmes à l’horizon

Dans quelques mois, les sept entreprises sélectionnées pour le Catapult Fundtech 360°, un programme co-sponsorisé par l’Association Luxembourgeoise des Fonds d’Investissement (ALFI) et MiddleGame Ventures, seront annoncées, l’une d’entre elles venant par exemple de Singapour. Plus tard dans l’année, la LHoFT lancera également un programme Catapult Green Fintech, afin d’accélérer et soutenir 10-12 entreprises qui créent de la valeur liée à l’ESG. Nasir Zubairi affire que cela se traduira par une augmentation du nombre de personnes embauchées.

Avec environ 120 banques et plus de 280 compagnies d’assurance et de réassurance, il devrait y avoir beaucoup d’opportunités pour les entreprises fintech au Luxembourg. M. Mackel y voit également de nombreuses opportunités dans le grand-duché et salue le travail de la LHoFT pour stimuler davantage l’écosystème fintech.

« Contrairement à de nombreux autres domaines, le Luxembourg offre aux entreprises fintech un marché pertinent, étant donné les opérations importantes que de nombreuses grandes institutions financières ont dans le grand-duché », explique M. Mackel. « Le parcours de numérisation des entreprises financières, le succès de la LHoFT et l’attrait du Luxembourg pour les entreprises financières mondiales sont tous susceptibles de contribuer à la croissance continue de l’écosystème fintech dans le pays en 2024. »

Natalie A. Gerhardstein
Natalie A. Gerhardstein
Natalie A. Gerhardstein est une journaliste et rédactrice indépendante qui possède 20 ans d'expérience dans les médias internationaux, l'édition et la communication stratégique d'entreprise. Ses écrits sur les affaires et le développement international, les voyages et la culture ont été publiés dans diverses publications, au Luxembourg et à l'étranger, notamment dans des magazines de bord, des magazines d'affaires, de finance et de culture/lifestyle, ainsi que dans des magazines de voyage. Ayant la double nationalité américaine et allemande, Natalie est titulaire d'un MBA et parle l'anglais, le français, l'allemand et le luxembourgeois à des degrés divers, et apprend des rudiments de coréen et de japonais. Elle adore voyager, surtout en Asie.

A la une