5.9 C
Luxembourg

Are We Friends fait rimer bière et convivialité

Antoine Lesch, 24 ans, et Ted Ury, 26 ans, se sont lancés dans le grand bain du brassage de bière et ont créé une nouvelle marque locale : Are We Friends. Forts de compétences créatives et entrepreneuriales, les fondateurs nous racontent leur histoire.

Ted Ury et Antoine Lesch ont réalisé l’un de leurs rêves en lançant la bière Are We Friends au Luxembourg. Les entrepreneurs dévoilent leur histoire et leurs projets en cours.

Le brassage de bière a une longue tradition au Luxembourg. On estime que la première brasserie a été fondée par des moines à l’abbaye de Neumünster vers 1300. Bien que la plus grande brasserie aujourd’hui reste la Brasserie Nationale, produisant Battin et Bofferding, la bière artisanale est sortie du bois ces dernières années.

Are We Friends s’ajoute désormais au rang des brasseurs artisanaux. Ses fondateurs, Antoine Lesch, 24 ans, et Ted Ury, 26 ans, se sont rencontrés dans les camps de scouts et ont continué à souder leur amitié autour d’une bière de temps en temps, par la suite. « L’idée était d’avoir une alternative, à la fois bonne et nouvelle, aux bières classiques », explique Antoine Lesch.

Forts de compétences créatives et entrepreneuriales, les fondateurs se sont lancés dans le grand bain et ont créé une nouvelle marque. En plus de développer Are We Friends, Ted Ury travaille en tant que comptable. Quant à Antoine Lesch, qui a créé le design du produit, il est la force créative du duo : il a lancé sa marque de vêtements, Soin, en 2017 et a collaboré avec un large éventail d’entreprises, de Luxair à Twisted Cat et Olliewood Skateshop, pour n’en citer que quelques-unes.

« Nous sommes plus jeunes, plus provocateurs, et je pense que c’est aussi ce que les gens aiment dans notre bière, avoir quelque chose de nouveau. »

En avril 2023, les deux compères ont commencé à réfléchir et à faire fabriquer un premier lot d’essai de 1000 litres, brassant aux côtés de Twisted Cat. « C’était une supposition, nous ne savions pas ce qui allait en sortir, mais nous nous sommes dit, ‘prenons le risque' », explique Ted Ury. « Nous n’étions pas sûrs que ce serait bon. Mais le jour où nous y sommes allés et l’avons essayé pour la première fois, c’était un grand soulagement que ça ait bon goût. »

Produite à Dudelange avec de l’eau luxembourgeoise, des houblons et du malt allemands, la bière a un taux d’alcool de 4,8 % et « a un goût discret de citron, avec un arrière-goût assez agréable », explique Antoine Lesch.

« Elle a un goût différent de n’importe quelle bière au Luxembourg », ajoute Ted Ury. « Si vous allez en Belgique, vous trouverez probablement une bière qui a un goût similaire, mais nous n’avons pas goûté de bière tout à fait similaire à la nôtre. »

Comme l’explique Antoine Lesch, le nom de la bière est « une phrase avec laquelle on peut jouer. C’est amusant quand quelqu’un commande une bière et que le serveur arrive avec la bière et demande Are We Friends? C’est un brise-glace. Ou si vous rencontrez des amis ou avez un rendez-vous avec une fille et que vous demandez Are We Friends? C’est un peu une blague, mais ça marche très bien. »

La démarche marketing est également différente : « Nous sommes plus jeunes, plus provocateurs, et je pense que c’est aussi ce que les gens aiment dans notre bière, avoir quelque chose de nouveau », explique Antoine Lesch. « La génération plus âgée ne devrait pas nous sous-estimer. »

Ted Ury et Antoine Lesch, fondateurs de Are We Friends
Ted Ury et Antoine Lesch, fondateurs de Are We Friends

Le troisième lot est actuellement en vente, tandis qu’un quatrième lot est en production. L’équipe prévoit également de lancer une nouvelle boisson alcoolisée cet été, bien qu’ils ne puissent pas encore révéler les détails…

Ceux qui souhaitent déguster la bière peuvent visiter l’un des 12 bars où elle est actuellement servie ou la commander en ligne – les fondateurs la livreront personnellement.

Natalie A. Gerhardstein
Natalie A. Gerhardstein
Natalie A. Gerhardstein est une journaliste et rédactrice indépendante qui possède 20 ans d'expérience dans les médias internationaux, l'édition et la communication stratégique d'entreprise. Ses écrits sur les affaires et le développement international, les voyages et la culture ont été publiés dans diverses publications, au Luxembourg et à l'étranger, notamment dans des magazines de bord, des magazines d'affaires, de finance et de culture/lifestyle, ainsi que dans des magazines de voyage. Ayant la double nationalité américaine et allemande, Natalie est titulaire d'un MBA et parle l'anglais, le français, l'allemand et le luxembourgeois à des degrés divers, et apprend des rudiments de coréen et de japonais. Elle adore voyager, surtout en Asie.

A la une