4.6 C
Luxembourg

B Corp : Ramborn gagne en maturité avec son label

Les défis d'il y a dix ans ne sont pas les mêmes qu'aujourd'hui. En juillet 2021, Ramborn a été distingué comme l'une des meilleures entreprises B Corp au monde.

Ramborn, la première entreprise luxembourgeoise à obtenir la certification B Corp, a récemment dépassé le cap du million de mètres carrés de biodiversité restaurée. Le fondateur, Carlo Hein, évoque les principes directeurs derrière le succès de l’entreprise.

La maison primée de cidre artisanal, Ramborn, a récemment été re-certifiée en tant qu’entreprise B Corp, obtenant cette fois-ci 10 points supplémentaires, la plaçant parmi les 5% meilleures entreprises B Corp du secteur des boissons dans le monde. La certification B Corp utilise un processus d’audit pour évaluer les normes durables à plusieurs niveaux de l’entreprise, de la chaîne d’approvisionnement aux avantages sociaux des employés, en passant par les dons caritatifs, etc.

Nichée le long de la rivière Sûre à Born, Ramborn a été lancée en 2015 avec pour objectif de récolter des fruits dans des vergers voisins parfois négligés, où les fruits étaient parfois gaspillés. La société collabore avec plus de 300 agriculteurs et propriétaires d’arbres locaux, au Luxembourg et en Allemagne, pour produire sa gamme de cidres, poirés et jus de fruits.

En 2017, elle a ouvert son « Cider Haff », ou ferme à cidre, où ses boissons et d’autres articles connexes sont vendus. Un an plus tard, le site a remporté le Luxembourg Tourism Innovation Award pour l’économie circulaire et le développement durable.

En 2020, elle a lancé une gamme de jus à base de pommes, poires et coings, ainsi qu’une boisson pétillante à la pomme, et propose régulièrement d’autres produits saisonniers, tels que le cidre rosé ou le cidre de glace.

« Il s’agit de nombreux petits succès à différents niveaux et non pas d’un chiffre financier unique. »

Les propriétaires de vergers parmi les parties prenantes

La clé du succès de l’entreprise ? « Quand vous faites les choses correctement, la force des parties prenantes autour de vous est beaucoup plus positive et vous donne l’énergie nécessaire pour persévérer même dans les moments difficiles », déclare le fondateur Carlo Hein, incluant les vergers eux-mêmes parmi les parties prenantes. « Il s’agit de nombreux petits succès à différents niveaux et non pas d’un chiffre financier unique. »

En 2023, l’entreprise a dépassé le seuil du million de mètres carrés de biodiversité restaurée, les vergers abritant une vaste gamme de vie sauvage. Hein attribue l’augmentation de +10 points de la certification B Corp aux efforts continus de Ramborn dans l’économie circulaire, mais aussi aux progrès de sa gouvernance : « La finance n’est pas une priorité. Les autres parties prenantes sont extrêmement importantes », ajoute-t-il.

Déjà présente au Luxembourg, en Belgique, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis, Ramborn prévoit cette année de renforcer sa relation avec ses clients existants sans chercher de nouveaux. Pendant ce temps, « au Luxembourg, nous voulons élargir notre clientèle », ajoute Hein. « Le client a besoin de bons produits, notre mission est de les fournir, mais en même temps, nous voulons réduire notre impact négatif et augmenter notre impact positif – c’est notre mission. »

Carlo Hein, fondateur de Ramborn Cider Co, indique que l’entreprise se concentrera cette année sur le développement de sa communauté au Luxembourg (Photo © Ramborn)

Climat et communauté, les défis d’aujourd’hui et de demain

Les défis d’il y a dix ans ne sont pas les mêmes qu’aujourd’hui. En juillet 2021, Ramborn a été distingué comme l’une des meilleures entreprises B Corp au monde. Un jour plus tard, leurs locaux étaient inondés.

Hein explique que ce n’est pas la seule façon dont l’entreprise a ressenti l’impact du changement climatique. « Quand l’hiver est plus doux, la floraison des arbres est plus précoce. Les gelées tardives peuvent détruire la floraison », explique-t-il. « Quand nous avons un été chaud, c’est stressant pour les arbres, et ils produisent moins de fruits l’année suivante. »

L’entreprise a mis en place un programme d’adoption d’arbres, permettant à toute personne de choisir un arbre à adopter pendant un an ou plus, puis de suivre l’impact de sa contribution. Le fondateur ajoute qu’il faut 30 ans pour qu’un pommier atteigne sa maturité et produise des fruits, et il n’est pas clair à quoi ressembleront les défis dans trois décennies.

Bien que l’entreprise ait ressenti la pression pendant les années de la pandémie – avec le secteur de la gastronomie touché – Hein se réjouit cette année de s’intégrer davantage dans la communauté luxembourgeoise. Les visiteurs du site sont encouragés à se promener autour des vergers, et l’entreprise organise régulièrement des événements annuels conviviaux, tels que les nuits du Wassailing et les journées de récolte.

En avril, Ramborn s’associera de nouveau avec des partenaires tels que le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) et le Musée national d’histoire naturelle pour la huitième édition du City Nature Challenge, où les participants sont encouragés à prendre des photos de la flore et de la faune locales via l’application iNaturalist. « Quand les enfants prennent des photos, ils découvrent de nouvelles choses… il est très important de renouer avec la nature, surtout la prochaine génération. »

L’événement « Wassail » en janvier est l’un des nombreux événements communautaires organisés par Ramborn pour célébrer les vergers (Photo © Ramborn)
Natalie A. Gerhardstein
Natalie A. Gerhardstein
Natalie A. Gerhardstein est une journaliste et rédactrice indépendante qui possède 20 ans d'expérience dans les médias internationaux, l'édition et la communication stratégique d'entreprise. Ses écrits sur les affaires et le développement international, les voyages et la culture ont été publiés dans diverses publications, au Luxembourg et à l'étranger, notamment dans des magazines de bord, des magazines d'affaires, de finance et de culture/lifestyle, ainsi que dans des magazines de voyage. Ayant la double nationalité américaine et allemande, Natalie est titulaire d'un MBA et parle l'anglais, le français, l'allemand et le luxembourgeois à des degrés divers, et apprend des rudiments de coréen et de japonais. Elle adore voyager, surtout en Asie.

A la une