-1.5 C
Luxembourg

Prévisions d’investissements stratégiques pour l’année à venir

Le podcast "Financial Services: What’s Up" vise à servir de plateforme informative traitant des questions cruciales affectant les professionnels du secteur des services financiers au Luxembourg et au-delà.

Björn Ebert a pris le poste de Financial Services Leader chez PwC Luxembourg le 1er juillet 2023. Avec sa collègue Sandra Paulis, Audit Partner et Client experience leader, il lance une nouvelle série de podcasts mensuels intitulée : « Financial Services: What’s Up ».

Quelle est votre vision pour le secteur des services financiers au Luxembourg en 2024 en tant que nouveau responsable des services financiers chez PwC ?

Björn Ebert : Le secteur des services financiers me tient particulièrement à cœur, ayant fait partie de ce secteur pendant près de 25 ans, et acquis de l’expérience dans le domaine bancaire et des marchés de capitaux, la gestion d’actifs et de patrimoine, ainsi que dans la finance alternative.

Une argumentation en faveur d’un optimisme prudent peut être avancée concernant l’avenir du secteur des services financiers au Luxembourg. Parmi les nombreux changements en cours dans le secteur, le Luxembourg est bien positionné pour bénéficier à long terme de deux d’entre eux : la transition verte et le pivot général vers la finance alternative et les marchés privés dans l’industrie de la gestion d’actifs et de patrimoine. PwC Luxembourg vise à être à l’avant-garde de ces changements et contribuera à maintenir et à étendre la position de leader du centre financier luxembourgeois.

En tant que deuxième plus grand pays domiciliataire de fonds au monde et l’un des principaux pôles mondiaux pour la finance durable, la transition verte renforcera la position du Luxembourg en tant que capitale européenne de la gestion d’actifs et de patrimoine. En exploitant l’agilité et l’expertise du secteur des services financiers, le Luxembourg est en mesure d’occuper une position influente dans la transition de l’Europe vers un avenir durable, renforçant ainsi son importance pour le projet européen.

Le secteur des services financiers luxembourgeois possède également une expérience considérable dans la finance alternative. En raison de sa petite taille, les parties prenantes de tous horizons sont étroitement liées et peuvent travailler en étroite collaboration. La facilité avec laquelle toutes les parties prenantes – des professionnels de l’industrie aux régulateurs et décideurs politiques – peuvent partager des idées et les meilleures pratiques contribue à former un secteur des services financiers unique et efficace.

Le Luxembourg doit être agile et utiliser son expertise pour faire partie de la croissance massive et des transformations tectoniques qui ont lieu dans le monde de la finance. Ce faisant, le Grand-Duché et PwC Luxembourg deviendront des catalyseurs du changement et continueront à exceller dans le secteur mondial des services financiers.

Quels sont les principaux défis et opportunités que vous prévoyez pour l’industrie des services financiers au Luxembourg cette année, et comment PwC prévoit-il de les aborder ?

Au cours des dernières années, le secteur des services financiers a démontré sa capacité à naviguer avec succès dans des niveaux d’incertitude sans précédent.

Maintenant, le secteur est confronté à une confluence de défis géopolitiques et économiques à court terme, tels que la guerre en cours en Ukraine, les taux d’intérêt élevés, une éventuelle résurgence de l’inflation et la possibilité d’une récession régionale ou mondiale.

Les institutions financières peinent à attirer et à retenir des professionnels talentueux, un défi mis en évidence par l’édition luxembourgeoise de l’enquête sur les PDG de PwC début 2023.

En se concentrant sur l’industrie de la gestion d’actifs et de patrimoine, bien que le Luxembourg reste le centre financier dominant en Europe, nous faisons face à une concurrence féroce de la part des gestionnaires de fonds en Irlande, surtout en ce qui concerne les fonds négociés en bourse (ETF) à faible coût. Attirés par leur relation fiscale unique avec les États-Unis, certains gestionnaires d’actifs ont déjà commencé à transférer en Irlande leurs ETFs basés au Luxembourg, ce qui pourrait devenir un problème à long terme pour le Luxembourg si rien n’est fait pour inverser cette tendance. Nous saluons le fait que le nouveau gouvernement examinera de plus près ce sujet.

Cependant, à côté de cette perspective macroéconomique et géopolitique modérée, certaines des plus grandes opportunités de marché de la dernière décennie se concrétisent : la transformation et l’assurance ESG dans le secteur des services financiers, les Managed Services dans les domaines de la finance alternative et de la gestion d’actifs et de patrimoine, ainsi que la conformité et la transformation des entreprises avec une dimension technologique.

Ce sont précisément les thèmes que Sandra et moi voulons explorer dans notre podcast. Nous voulons partir en voyage avec nos auditeurs tout au long de l’année, en commençant par un regard macro sur l’état de l’économie, car c’est l’environnement dans lequel nous menons tous nos activités.

Chez PwC Luxembourg, nos facteurs clés de succès seront l’orientation client, la promotion des initiatives entrepreneuriales et l’innovation.

Nous avons d’abord défini notre vision en tant que cabinet visant à être le partenaire de services professionnels le plus impactant, dynamique et digne de confiance au Luxembourg et au-delà de ses frontières. Cela implique une stratégie de croissance et de transformation très ambitieuse qui s’inscrit aux côtés de notre stratégie de durabilité.

En bref, nous devons être sûrs de pouvoir atteindre nos objectifs, et notre approche Technology &Transformation (T&T) nous aidera à réussir. Cette approche est construite autour des quatre principales priorités soigneusement définies pour notre cabinet : les transformations des lignes de service (LoS), les modèles de prestation, les Managed Services et nos services de durabilité.

Pourquoi lancez-vous le podcast, et à quoi peuvent s’attendre les auditeurs ?

Notre podcast « Financial Services: What’s Up » vise à servir de plateforme informative traitant des questions cruciales affectant les professionnels du secteur des services financiers au Luxembourg et au-delà. Notre objectif est de trouver le bon équilibre entre nous positionner en tant qu’experts et ne pas submerger les personnes sur le plan intellectuel ou cognitif.

Nos objectifs sont de fournir des informations opportunes et pertinentes, d’offrir une analyse spécialisée et une perspective sur un large éventail de sujets liés aux services financiers. Nous voulons aider les professionnels à naviguer dans le paysage, tenir le public informé et encourager une communauté de professionnels à se connecter et à partager des idées.

Certains des sujets que nous aborderons incluent les implications du Digital Operational Resilience Act (DORA), l’évolution de l’administration de fonds, les services actuariels, la conformité des investisseurs, les litiges fiscaux, et bien d’autres encore !

Comment prévoyez-vous de tirer parti de l’innovation et de la technologie pour rester compétitif dans le paysage financier luxembourgeois ? Des tendances que vous anticipez en 2024 ?

Un moteur de transformation est constitué par les technologies innovantes qui émergent. À cette fin, nous poursuivons notre « Exponential Initiative ». Ce programme encourage les employés à penser comme des entrepreneurs et à développer des produits centrés sur le client pour stimuler l’innovation au sein de l’organisation.

Il n’est pas surprenant que l’IA soit l’une de nos priorités, car le rythme du changement dans l’IA est tel que le potentiel de cette technologie doit être saisi à des fins d’innovation, d’efficacité et de compétitivité. Mais cela ne peut se faire en ignorant l’aspect humain.

Nous avons établi de solides partenariats avec des entreprises technologiques leaders (parfois au sein du réseau), mais une priorité est de renforcer nos alliances existantes et d’en développer de nouvelles. Celles-ci incluent entre autres la migration vers le cloud et la modernisation, les données et l’analytique, la cybersécurité et les risques, l’expérience client.

Enfin, une priorité clé pour la transformation concerne nos services de développement durable, c’est-à-dire la mise en œuvre et le dimensionnement continus de modèles de services à la clientèle liés au développement durable.

Notre cabinet adopte une approche holistique du développement durable et du changement qui produit des résultats pratiques et précieux sur l’ensemble du spectre ESG.

Quelles informations ou tendances clés les professionnels de la finance devraient-ils surveiller en 2024, et comment cela s’aligne-t-il avec les objectifs plus larges de PwC Luxembourg dans le secteur des services financiers ?

En ce qui concerne les taux d’intérêt, on s’attend à ce que la Banque Centrale Européenne et la Réserve fédérale des Etats-Unis abaissent les taux plus tard dans l’année. Une baisse des taux d’intérêt est généralement considérée comme un bon signe pour les marchés boursiers, et les portefeuilles exposés aux obligations avant la baisse des taux bénéficieront probablement des baisses de taux. Néanmoins, il serait imprudent de s’attendre à un retour aux taux quasi nuls d’avant Covid, car les banques centrales ont signalé que les taux resteront « plus élevés pour plus longtemps ». Même si quelques baisses sont mises en œuvre cette année, les taux d’intérêt resteront probablement élevés selon les normes de la décennie précédente.

Selon les dernières perspectives économiques mondiales du FMI, la croissance du PIB en Europe devrait être faible, avec une croissance de la zone euro estimée à seulement 0,9% pour 2024. Cela est dû à l’exposition élevée de la région au conflit en Ukraine et à tous ses chocs associés. À mesure que le soutien financier américain aux efforts de guerre de l’Ukraine semble diminuer, des signes indiquent que l’UE pourrait devoir intervenir, et le 1er février 2024, l’UE a conclu un accord pour envoyer 50 milliards d’euros d’aide à l’Ukraine.

Au-delà de l’Europe, les tensions géopolitiques persistantes au Moyen-Orient, en particulier dans la mer Rouge, peuvent affecter négativement le Luxembourg et l’Europe.

DORA devrait également altérer de manière significative la manière dont les entités financières gèrent leur résilience opérationnelle numérique et les obligera à entreprendre d’importantes transformations intra-entreprises qui, si elles ne sont pas gérées adéquatement, pourraient les exposer à des menaces et des risques importants.

Cependant, tout n’est pas sombre. À mesure que la date limite de 2030 de l’Accord de Paris approche, on peut s’attendre à ce que les décideurs politiques et les marchés se concentrent davantage sur la finance durable, qui, espérons-le, continuera à prospérer en Europe. Le Luxembourg est déjà un hub pionnier dans cet espace, comme en attestent de nombreuses initiatives et institutions telles que LuxFLAG, la Luxembourg Green Exchange et la Luxembourg Sustainable Finance Initiative (LSFI).

L’année dernière, PwC Luxembourg a reçu le prix du meilleur partenaire de transformation ESG au Benelux de Capital Finance International, et nous sommes particulièrement bien placés pour soutenir nos clients dans la Grande Région et au-delà en ce qui concerne la conformité aux réglementations en matière de durabilité.

Le podcast mensuel « Financial Services: What’s Up » est disponible sur Apple Podcast, Spotify, YouTube Podcast et Deezer.

Cet article a été rédigé en étroite collaboration avec PwC Luxembourg.

A la une